Travailler sans en perdre sa santé

Travailler après le travail, une réalité grandissante

 

Cela commence par un SMS qu'un collègue vous envoie tardivement pour vous informer d'un changement. Puis vient l'appel téléphonique à une heure presque déraisonnable. Ensuite, ce sont les mails que l'on lit dans le train, dans la voiture, à table, devant la télévision. Un dossier important à relire. Une présentation pour une réunion à modifier à la dernière seconde. Et cela termine par des tâches à accomplir sur son lieu de vacances. Le travail à outrance touche tous les corps de métiers et n'est plus l'apanage des cadres supérieurs. Des cuisiniers de collectivité se connectent le soir pour faire valider leurs menus par une diététicienne. Une employée de crèche cherche désespérément sur Internet une animation pour le lendemain. Et progressivement l'emploi s'invite à domicile et grignote votre santé.

 

Ce qui a changé en l'espace de vingt ans

 

Ce phénomène qui est connu pour altérer de façon notable la santé était très marginal il y a encore vingt ans. Alors pourquoi est-il devenu une quasi-obligation ? Un premier élément de réponse vient encore des progrès technologiques. On peut aujourd'hui recevoir ses E-mails professionnels sur son téléphone personnel. Les entreprises comprenant les enjeux derrière cela n'hésitent plus à fournir à leurs employés des modèles performants leur permettant d'être reliés à tout instant. Ils mettent d'ailleurs en place des moyens de consultation sécurisée des documents de travail lorsque les salariés sont à l'extérieur.

 

Pas si anodin que cela

 

Le travail à domicile a plusieurs conséquences. La première, c'est la santé. L'employé a l'impression de ne jamais être coupé de son domaine professionnel. Pire : bon nombre de dirigeants et de managers mettent en avant que le "service à rendre" est important et que dans un contexte où la structure se porte mal, tout le monde doit faire des efforts pour sauver son emploi. Cette forme de chantage est totalement dévastatrice. Elle place la personne face à des responsabilités qui ne sont pas les siennes et pour lesquelles elle n'est clairement pas payée.

 

Seconde conséquence : les dépenses liées à ce travail extérieur. Pour le faire dans de bonnes conditions, il faut souvent un bureau. On utilise son téléphone, son ordinateur, son imprimante et son électricité. Il est difficile d'estimer le surcoût énergétique que cela représente, mais il n'est pas à négliger. Si vous souhaitez connaitre les agences EDF près de chez vous afin de modifier votre offre et optimiser votre consommation énergétique pour faire des économies rendez-vous ici: https://www.fournisseur-energie.com/edf/

 

Fixer les règles, savoir les adapter

 

Comment trouver son équilibre dans de telles conditions ? Il est clair qu'aucun contrat ne permet de faire travailler n'importe qui à n'importe quelle heure. Même les contrats de cadre, qui sont souvent flous en terme de temps de travail, ne stipulent pas que l'employé est corvéable à merci. Il doit réaliser ses missions mais celles-ci doivent être réalistes dans le temps moyen hebdomadaire.

Il faut se fixer des limites à ce qui est acceptable et savoir, dans des conditions exceptionnelles, les franchir temporairement. Si votre téléphone sonne de plus en plus souvent le soir, rien ne vous oblige à le décrocher ou à écouter le message. Ne vous usez pas la santé à répondre quand il n'est plus temps. Parlez clairement à votre entourage professionnel. N'hésitez pas à marteler que passé 19 heures vous coupez votre mobile.

Sachez accepter de temps en temps une exception si elle ne vous engage que très temporairement. C'est un premier pas contre le burn out.

Pour en savoir plus: http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/10/28/21444-travailler-sans-nuire-sa-sante-devient-priorite

 

 

CONTACTS

Submitting Form...

The server encountered an error.

Form received.

Réalisé par radieux.fr - Copyright 2017

sebastien.gronsard@aol.fr